GDSA 30 : RESEAU de LUTTE Frelon Asiatique

GDSA 30 : RESEAU de LUTTE Frelon Asiatique


CAMPAGNE DE PIEGEAGE FA 2022
Rédacteur : Patrick BIDAL
Président du GDSA 30 : Gilbert DUMAS
Coordonnateur du Réseau de piégeage : Patrick BIDAL


Références :
Pages 10 et 11 de la revue ‘Abeilles et Fleurs’ numéro hors-série février 2020 du syndicat UNAF.
Site du GDSA du GARD (http://gdsa30.fr)
Plan national de piégeage de printemps des FA – 2022
Documents d’apiculteurs.

PRÉFACE :
Certaines Organisations Sanitaires Apicoles ont essayé, dès l’arrivée de Vespa Velutina, de construire un
plan de Lutte contre cette espèce invasive. En effet le Frelon Asiatique (FA) s’est tout de suite révélé
grandement nuisible pour nos abeilles.


Le GDSA 30 (OSAD Départementale) en est l’une d’entre elles et organise la lutte FA depuis 2008, année
de l’arrivée de FA dans le Gard. Plusieurs axes d’attaque sont développés et notamment le piégeage de
printemps raisonné.
Sous l’égide de GDS France et de la FNOSAD, un Groupe de Travail a été constitué pour élaborer un plan
national de lutte contre les frelons asiatiques Vespa Velutina et Orientalis destiné à être fonctionnel au
printemps 2022. Un Groupe de Travail a réuni l’ensemble des organisations concernées par la lutte contre
ces espèces exotiques envahissantes : ADA France, FNOSAD, GDS France, GNTSA, INTERAPI, ITSAP.
Le cycle biologique du Frelon Asiatique est annuel. Seules les femelles fondatrices de la nouvelle
génération survivent à l’hiver. Elles se mettent en hivernage dans des endroits abrités et émergent au
début du printemps pour fonder de nouvelles colonies.
Une étude réalisée entre 2016 et 2019 par l’ITSAP-Institut de l’Abeille et ses partenaires sur trois
départements français, a révélé que le piégeage des fondatrices permettait de faire diminuer le nombre de nids. Le piégeage, qui ne permet pas l’éradication, doit être ciblé et renouvelé chaque année dans le cadre d’un plan général de lutte incluant la prévention, la surveillance et la lutte.
Actuellement, et selon les données scientifiques acquises à ce jour, il n’existe pas de pièges efficaces et
sélectifs contre le frelon asiatique. Il convient de limiter l’impact du piégeage sur les espèces non cibles en
respectant les indications et précautions qui suivent. Ces recommandations sont susceptibles d’évoluer en
fonction de l’avancée des connaissances scientifiques.


QUELQUES NOTIONS :
La reine, femelle fondatrice du frelon asiatique « vespa vélutina » mesure jusqu’à 3,2 cm. Sa durée de vie
est d’un an. Chaque reine fonde sa propre colonie au printemps, du mois de mars et jusqu’à début août.
Les fondatrices ne pondent qu’un oeuf par jour en début de saison et le développement des larves nécessite 45 jours. Ce n’est donc que vers le 15 juin que la fondatrice a assez d’ouvrières pour la nourrir et fonder le nid secondaire. A partir de là, elle ne fera plus que pondre (jusqu’à 100 œufs par jour).
Vers la fin du mois de septembre un élevage de nouvelles reines pour l’année suivante se prépare au sein
du nid de Frelons Asiatiques.
Ces fondatrices, fécondées en octobre, consomment du sucré, d’octobre à décembre. Après fécondation
elles abandonnent le nid, se dispersent et passe l’hiver en diapause1 dans un endroit abrité (cavité, mur en pierre sèche, tas de bois, ruche) et sortent au printemps pour fonder de nouvelles colonies.
La fondatrice est donc la cible à localiser au plus tôt ; En effet, chaque fondatrice détruite en début de saison représente potentiellement un nid de frelons asiatiques en moins durant l’été.
L’ébauche du nid, de la taille d’une orange, est dit « primaire ».
(1) : La diapause est une phase génétiquement déterminée dans le développement d’un organisme au
cours de laquelle celui-ci diminue l’intensité de ses activités métaboliques.

IMPACTS :
L’objectif est de faire baisser la pression de prédation sur les ruchers, en limitant l’implantation des nids à
proximité. Le piégeage de printemps est utile pour protéger les colonies dont la survie a été menacée par les FA de l’année précédente. Il faut donc cibler les ruchers impactés et les lieux où des nids étaient présents.


PÉRIODES POUR PIÉGER AU PRINTEMPS
• Entre le 1er février et le 31 mai ;
• Piégeage des reines fondatrices, pour éviter la construction de nids secondaires ;
• Débuter et arrêter le piégeage selon le climat et les températures (minimum 12 degrés).


OÙ INSTALLER LES PIÈGES ?
Un maillage régulier des pièges est nécessaire autour du rucher à protéger : 1 à 2 pièges par rucher et
même jusqu’à 10 pièges répartis dans un rayon de 500 m autour du rucher. Les pièges doivent être espacés régulièrement. Il est utile de les surveiller et de relever les insectes piégés une fois par semaine. Bien noter la présence des nids l’année précédente pour cibler les zones à protéger pour le piégeage de printemps.


7 RÈGLES POUR INSTALLER ET GÉRER MON PIÈGE
• Au soleil, avec des pièges nasses possédant des entrées et sorties sélectives
• A coté d’une source de nourriture (fleurs printanières, arbres et arbustes mellifères en fleur…) ou
d’une source d’eau ou d’un rucher. Ne pas hésiter à déplacer le piège en fonction de la floraison
• Orientation de la grille latérale Sud / Sud-Est
• Légère inclinaison vers l’avant pour l’évacuation de l’eau
• Placement de l’appât à l’intérieur du piège et renouvellement tous les 8-10 jours
• Si vous devez vider le piège : le placer de préférence 1 heure au congélateur ou noyer le piège dans
l’eau (remettre quelques frelons intacts dans le piège)
• A proximité des anciens nids.


PIEGES UTILISES :
Des pièges à sélection physique de type nasses, équipes de cônes d’entrée, afin de retenir les fondatrices
et ouvrières en laissant échapper un maximum d’espèces non cibles. L’orifice d’entrée doit être adapté à
la taille du frelon asiatique et exclure l’entrée d’insectes plus gros (ex : Frelon européen), afin de retenir
les fondatrices et ouvrières en laissant échapper un maximum d’espèces non cibles.
Proscrire les pièges non sélectifs de type « bouteille », ou « cloche », avec une solution liquide entrainant
la noyade des insectes : leur sélectivité est très mauvaise même avec des adaptations, et leur impact sur le
reste de l’entomofaune2 est trop important.
Si vous utilisez un attractif liquide sucré et alcoolisé, utilisez-le avec une éponge imbibée du liquide ou
placez un grillage séparant l’intérieur du piège et le liquide : 1/3 sirop de fruit ou sucre + 1/3 bière + 1/3
vin + jus de fonte des cires ou jus de cirier fermenté. Éviter les brèches de cires et le miel pour des raisons
sanitaires, même si un grillage protège l’appât.


Entretenir les pièges :

Renouveler l’attractif toutes les semaines. Vider régulièrement le piège des vieux frelons capturés. Transvaser les frelons vivants et laisser aussi quelques frelons morts en bon état.
(2) : L’entomofaune désigne la totalité de la population d’insectes présents dans un milieu

APPÂTS SUCRÉS À PRIVILÉGIER AU PRINTEMPS
• Dans un piège, les frelons vivants en attirent d’autres. L’appât va attirer des frelons, qui vont
ensuite eux-mêmes attirer d’autres frelons, grâce aux phéromones qu’ils produisent.
• La bière, pour la fermentation qui favorise la dispersion de l’odeur du sucre.
• Le sirop, pour le sucre nécessaire à la nourriture du frelon asiatique. Ce sirop peut-être
avantageusement remplacé par du sirop de nourrissement des abeilles (plus appètent 3).
• Le vin rouge, blanc ou rosé, répulsif pour les abeilles.
(3) appètent : Désir instinctif qui porte vers tout objet propre à satisfaire un penchant naturel, en
particulier vers la nourriture.


ACTEURS DU PIEGEAGE DE PRINTEMPS :
Les piégeurs du Réseau sont en général des apiculteurs, mais également d’autres personnes sensibilisées
par ce phénomène dommageable. Leurs données permettent de constituer un fichier source.
Les Piégeurs complètent et transmettent leurs résultats de captures sur la commune au coordonnateur,
grâce aux questionnaires en ligne transmis par celui-ci.
Ils répondent aussi aux éventuelles enquêtes initiées par le coordonnateur.
Ils peuvent aussi recruter et former de nouveaux piégeurs pour mieux « couvrir » leur secteur.
Un Coordonnateur qui sollicite périodiquement les piégeurs afin d’obtenir les informations nécessaires à
la réalisation de bilans et de statistiques.
Le Président du GDSA qui anime l’ensemble des acteurs. Il est destinataire de ces bilans.


FREQUENCE DES SOLLICITATIONS :
Les bilans seront réalisés tous les quinze jours. Il est donc important que chaque piégeur respecte le timing du calendrier 2022 ci-dessous :
Total des captures sur la commune, (1) arrêté au 5 Mars, puis (2) entre le 6/03 et 19/03, (3) entre le 20/03
et 02/04, (4) entre le 03/04 et 16/04, (5) entre le 17/04 et 30/04, (6) entre le 01/05 et 14/05, (7) entre
le 15/05 et 28/05, et prolongation éventuelle suivant météo entre 29/05 et 11/06.


Renvoie de son, ou de ses questionnaires dans les trois jours à partir des dates de fin des périodes.
Il est utile de bien définir sa stratégie et de maintenir son piégeage tout au long du piégeage de printemps.
Les réponses aux questionnaires doivent être régulières. (La réponse 0 capture est utile statistiquement
et doit donc être signalée par un questionnaire renvoyé, même sans capture dans les pièges)
Les piégeurs recevront sur leur messagerie :
. Un rappel de clôture pour chaque période et le lien pour accéder au questionnaire.
. Le bilan des périodes précédentes et, éventuellement des enquêtes ciblées.
. Des précisions ponctuelles sur l’organisation mise en place.


MOYEN DE COMMUNICATION :
Une adresse de messagerie entre piégeurs et coordonnateur du GDSA 30 a été mise en place afin de faciliter le traitement des informations : gdsa30.piegeagefa@gmail.com
En cas de nécessité un appel téléphonique au 06 47 98 85 49 permettra de régler une situation particulière.